Tout au long de l’année, l’UPE06 a pris de nombreuses positions pour défendre au mieux les intérêts des chefs d’entreprise, pour faire évoluer la société et tendre vers un nouveau paradigme.

LIBÉRONS L’ENTREPRISE !

Les chefs d’entreprise mobilisés pour la croissance et l’emploi

Le MEDEF, la CGPME & l’UPA ont appelé à une semaine de mobilisation sur l’ensemble du territoire, fin 2014. Ils étaient des milliers à Paris et à Toulouse à descendre dans la rue pour rendre le pouvoir à l’entreprise et aux chefs d’entreprise, héros des temps modernes. La France a des atouts formidables pour se développer qui sont bridés par des actions notamment réglementaires ou législatives, qui, depuis 30 ans, ajoutent en permanence de la complexité à la complexité, des charges aux charges, des contraintes aux contraintes. Une semaine de mobilisation ? Non, Yvon GROSSO, Président de l’UPE06 & du MEDEF 06, Honoré GHETTI, Président de la CGPME 06 et Armand LOMBARD, Président de l’UPA 06 ont préféré multiplier les mobilisations dans les différents bassins économiques des Alpes-Maritimes. Le 10 décembre 2014 chez Balitrand à Cannes, le 3 février 2015 à l’ASLLIC de Carros, le 12 février 2015 au Sophia Country Club de Sophia-Antipolis, le 10 mars 2015 chez Pascal Coste à Nice et le 8 avril 2015 au SIS Groupe à Grasse. Autant de dates de mobilisation qui ont rassemblé plus de 300 chefs d’entreprise engagés ! La mobilisation se poursuivra dès la rentrée de septembre tant la nécessité de faire entendre la voix des entreprises est grande.

B8775HUCMAAIWM1B8773OZCIAA7qXo

A LA RENCONTRE DES PARLEMENTAIRES !

Les chefs d’entreprise invités à s’exprimer auprès des députés

Parce qu’une mobilisation efficace ne peut se faire qu’avec un plan d’actions ciblé et responsable, l’UPE06 a lancé en parallèle des rencontres sous forme de petits-déjeuners avec les parlementaires. Les premiers se sont tenus avec Christian ESTROSI, Charles Ange GINESY et Bernard BROCHAND. Le but de cette opération ? Inciter les chefs d’entreprise du BTP, de l’industrie, de l’ingénierie, du commerce et des services à partager leurs expériences, leurs préoccupations quotidiennes et leur vision de l’entrepreneuriat avec les parlementaires.

estrosiPetit déj Estrosi 4 déc

 

PRIVATISATION DE L’AÉROPORT DE NICE

Un enjeu stratégique pour les entreprises de la Côte d’Azur

Après des mois de bataille, le destin de l’aéroport de Nice se précise : le processus de privatisation de la société Aéroports de la Côte d’Azur (SACA) est lancé en vue d’une cession de la part majoritaire de l’Etat dans les prochains mois. L’UPE06, porte-voix des entreprises azuréennes, a rassemblé les chefs d’entreprise qui souhaitent participer à l’écriture d’une nouvelle page de l’Histoire de l’Aéroport Nice Côte d’Azur. Cet engagement des entreprises ne date pas d’hier car dès 1956, l’État, par arrêté ministériel, confiait pour une durée de 50 ans, à la Chambre de Commerce et d’Industrie, gérée par des chefs d’entreprise azuréens, l’exploitation commerciale de l’Aéroport Nice Côte d’Azur. Le développement économique, c’est avant tout l’affaire des entreprises ! L’arrivée d’un nouvel actionnaire privé apportera un nouveau souffle à cette remarquable infrastructure qui pourra accueillir jusqu’à 17 millions de passagers par an, contre un peu moins de 12 millions aujourd’hui. Il y aura forcément des créations d’emplois avec l’augmentation du trafic. L’aéroport est le seul outil qui permette un développement soutenu de notre territoire. Il doit devenir la vitrine des savoir-faire de nos industries, de nos start-up, pour tous les voyageurs qui utilisent la plateforme azuréenne.

LA TAXE DE MOUILLAGE IMPOSÉE A TOUS LES PLAISANCIERS

Un nouvel impôt national qui tombe à l’eau !

Le 5 mars 2015, l’assemblée nationale a adopté une nouvelle taxe : un impôt national, imposé à tout plaisancier qui stationnerait dans le périmètre d’une aire marine protégée. Autrement dit, une menace sur toute l’économie du littoral français. Les réactions ne se sont pas faites attendre avec une mobilisation de l’ensemble du territoire français et sur la Côte d’Azur avec l’UPE06, la CCI Nice Côte d’azur, les parlementaires, les syndicats professionnels qui se sont
mobilisés pour défendre l’économie azuréenne. La pétition « Un Appel pour que la mer reste libre » a été signée par plus de 25 000 pétitionnaires. L’ensemble de ces réactions a conduit le Parlement à renoncer à instaurer la taxe de mouillage !