Selon une étude du Lab Bpifrance, 87 % des 1.800 patrons de PME et ETI interrogés n’affichent pas la transformation numérique comme une priorité.

En octobre 2016, le Medef a mis en ligne un auto diagnostic, le site www.diag-numerique.fr, sur l’état de maturité des PME et TPE. Une évaluation gratuite et garantie « en dix minutes ». Le chef d’entreprise y répond à une batterie de questions, et le verdict tombe sur le niveau atteint.

A ce jour, 12.500 connexions ont été enregistrées (dont 2.174 répondants ont laissé tous les renseignements sur la taille de l’entreprise, le secteur d’activité, etc.). 39 % sont des « suiveurs », 36 % des « expérimentateurs » et seulement 10 % des « précurseurs ». Enfin, en peloton de queue, les moins impliqués, 11 % sont des « observateurs », et 3 % des « retardataires ».

« Cette transformation ne se fera pas en quelques jours, c’est un chantier de longue haleine », insiste Christian Poyau, président du comité transformation numérique du Medef. L’organisation patronale avait déployé auparavant des Mooc – des formations en ligne – destinés aux adhérents. Elle organise aussi son université du numérique.

« La formation étant un élément essentiel, nous réfléchissons à une sorte de guichet qui recensera les outils de financement dans ce domaine. », explique Christian Poyau. L’organisation patronale compte aussi sur sa plate-forme digitale de financement, Medef accélérateur d’investissement (MAI), lancée mardi, qui mettra en relation les besoins des PME et les organismes financiers partenaires, pour aider les entreprises à prendre le virage du numérique.