TRIBUNE – Vendredi 19 mars 2021

L’incompréhension, l’abattement, la colère, c’est la réaction du monde économique azuréen face aux annonces du Premier Ministre faites hier soir. Que la situation actuelle appelle de nouvelles mesures sanitaires n’est pas discutable, ce qui l’est, c’est l’incohérence qui les caractérise. L’énarchie parisienne aux commandes, sur la base de rapports multiples et de statistiques à foison, conduit le gouvernement à multiplier des déclarations contraires à 8 jours d’intervalle !

Une nouvelle fois, les commerces font les frais d’une politique qui manque cruellement de cohérence au rythme d’un stop and go qui met à mal l’économie des territoires et les français. Aujourd’hui, c’est un ras-le-bol qui s’exprime et qui monte. Comment expliquer tout à la fois la fermeture de commerces devenus exemplaires en termes de mesures barrières, et la libre circulation de la population dans un rayon de 10 km ? Perdre trois jours de vaccination (AstraZeneca) au nom du principe de précaution, alors que notre pays est très en retard par rapport à d’autres nations, est-ce bien sérieux ? La question de tout fermer ou ne rien fermer doit conduire sur la voie de ce qui est le mieux pour la société, pour l’économie. La perplexité légitime que cette situation génère est moindre par rapport au désespoir des commerçants. La question ne se pose plus aujourd’hui sur les risques encourus par tous ces secteurs d’activité délaissés, oubliés, ou mal accompagnés, et des solutions sont attendues.

Des mesures de bon sens, simple mais urgentes permettraient d’apporter un mieux à la situation actuelle :

  • Accélérer la vitesse de vaccination
  • Au lieu de fermer les commerces, augmenter l’amplitude d’ouverture pour fluidifier les flux
  • Baisser le plafond de perte de chiffre d’affaires à 30 % pour ouvrir les droits aux aides de l’état
  • Exonérer d’une partie de leurs charges, les entreprises les plus en difficultés
  • Augmenter le délai d’amortissement du PGE en favorisant la consolidation des prêts

Les entreprises, les commerces et les citoyens azuréens ne veulent plus rester face un mur d’incompréhension et d’inepties. Ils veulent adhérer à un projet, construit ensemble et partagé, qui permettrait de voir la lumière au bout du chemin.

 

Honoré GHETTI, 1er Vice-président UPE06Philippe RENAUDIPrésident UPE06

Pour accéder au communiqué de presse : CLIQUEZ-ICI

Contact presse UPE06 :
Elodie CHOISYe.choisy@upe06.com – 06 07 71 29 31