Le nouveau Président de l’UPE06 cultive les valeurs de l’entreprise, du sport et de la formation. S’il reconnaît que son prédécesseur, Yvon Grosso, « a placé la barre très haut », il compte bien imprimer son style et mettre en place son fond de jeu…

Philippe Renaudi est dans la peau de l’entraîneur de foot, reconnu compétent par ses pairs mais méconnu du public, qui se pointerait pour prendre la direction d’un club qui vient d’aligner les titres et les victoires. Laurent Blanc version Qatari, par exemple, ou, mieux (!) l’OGC Nice version 2016… Suscitant autant la curiosité que l’attente. Avec la confiance de ceux qui le connaissent.

Ils sont nombreux d’ailleurs. Ce qui est normal. Philippe Renaudi, marié et père de trois enfants, est lui-même un enfant du pays, un entrepreneur qui a succédé en 1996 à la tête de l’entreprise créée par son père en 1964, TAMA, spécialisée dans les travaux publics.
Patron humain à l’écoute de 150 salariés « qui savent qu’ils peuvent venir

[le] voir quand ils ont besoin », c’est un chef d’entreprise engagé dans un grand nombre d’organismes professionnels, du tribunal de commerce à la CCI, en passant par les syndicats de branche et différentes autres structures économiques.

Le nouveau Président de l’UPE06 prend la suite d’Yvon Grosso – deux mandats au compteur – qui, dit-il, « a placé la barre très haut à la tête de l’UPE ». Autrement-dit, « je sais que ce sera difficile de faire mieux… » Mais, comme quand il accepte une mission, il s’investit à fond et vise la victoire, Philippe Renaudi, fort des bases consolidées précédemment, va imprimer son style et mettre en place sa stratégie, sans révolution, par petites touches avec un regard neuf et sa propre expérience.

Ainsi, si cet ancien footballeur du club de la Montée-Bornala – c’est dire s’il est niçois ! – sait qu’on ne change pas une équipe qui gagne, il sait tout autant qu’il faut la régénérer régulièrement pour la faire progresser et s’adapter au terrain.

Le premier signal fort de sa présidence sera donc de recomposer l’ossature du conseil d’administration en amalgamant les « piliers » de l’UPE06 et des nouveaux venus.

La deuxième (re)touche sera de varier les approches en nouant des partenariats avec les clubs professionnels du département : le football et le « bon vieux » Gym, biensûr, qu’il porte dans son coeur mais aussi le volley et Cannes, le basket et Antibes, le handball et Nice… « Il y a
des échanges à mettre en place, profitables aux entreprises autant qu’aux clubs » dit-il en pensant à des stratégies de communication réciproques.

Son troisième souci immédiat sera de faire évoluer la formation professionnelle, d’engager plus encore l’UPE06 dans son rôle de transmission du savoir-faire et du goût des métiers de l’Entreprise. Dresser un état des lieux exhaustif et préparer une convention avec la Région pour favoriser la formation feront partie de ses priorités. Au-delà de ces trois missions que ce solide gaillard, ouvert et généreux, décontracté et rigoureux, veut finaliser rapidement, Philippe Renaudi va s’attacher à poursuivre ce qui a été lancé dans les domaines de la
défense de l’esprit d’entreprise ; à améliorer l’image des entrepreneurs – « l’image des patrons du CAC 40 fausse la donne » – ; à peser sur les décisions des collectivités locales en matière d’aménagement du territoire ; à faire des titulaires de mandats professionnels des ambassadeurs de l’UPE06 par le biais de l’élaboration d’une « charte des mandataires » à respecter.Air Jordan XVII 17